Cette fin d’année a été pour moi l’occasion de revenir au Vietnam près de 2 ans après mon départ. C’était un retour extrêmement court puisque je n’y suis restée que deux semaines et que nous avons visité Hanoi, Moc Chau, la baie d’Halong, Sapa, Phu Quoc, le Delta du Mékong et Hoc Chi Minh Ville. C’était intensif, c’était juste un voyage mais c’était comme si je n’étais jamais partie. Les réflexes et les habitudes de la vie vietnamienne reviennent bien vite.  Même mon vietnamien est revenu sans trop de lacunes !

Pourtant, beaucoup de choses ont changé en 2 ans. De la circulation qui s’est encore intensifiée (ben si c’est possible…) au niveau de vie général qui a augmenté, les prix qui ont doublé, les magasins et restaurants qui ont fermé, ceux qi se sont ouverts, les lois qui ont changé, etc… Le Vietnam est comme toujours en mutation extra rapide. Tout a évolué. Et pourtant, tout est toujours pareil. On est toujours aussi secoués par cette circulation qui n’a aucun sens apparent et qui pourtant s’écoule en flot continue ; on est toujours aussi émerveillés devant la multiplicité des choses à vendre partout tout le temps, n’importe comment ; on est toujours aussi charmés par le sourire des gens qui vous abordent pour vous poser un tas de questions sur vous… Le Vietnam quoi !

Donc oui j’ai retrouvé le Vietnam presque intact, avec ces charmes et ces vices que j’ai souvent décrits ici. Un Vietnam où rien n’est jamais acquis, où tout est affaire d’adaptation à un contexte sans cesse en mouvement et où les traditions sont implantées en chacun comme des amarres, toujours là pour vous raccrocher au port et vous empêcher de dériver.

C’est drôle comme ce pays qui est finalement très loin de ma propre culture est devenu en quelques années si proche. Je me suis sentie un peu chez moi de retour au Vietnam. Hanoi est toujours, et elle le restera sans doute, ma ville de cœur. J’aime profondément cette ville qui n’a aucun sens et qui change en permanence. J’adore son côté bourdonnant, sa vitesse, sa vitalité… parsemées d’îlots de paix. Des instants, des lieux où tout s’arrête,  où Hanoi devient une ville hors du temps.

Le Vietnam est plein de puissantes contradictions qui font son charme. Ça m’avait manqué. Y revenir m’a permis d’apprécier pleinement l’attachement que j’ai, mais ça m’a aussi permis d’apprécier d’autant plus le confort de la vie en France. Certaines choses me manquent, des aspects bien particuliers de la vie quotidienne, mais au final, vivre en France a aussi tout un tas d’avantages non négligeables… Après tout, le silence des nuits, le respect d’au moins une partie des règles, les maisons bien isolées, le calme du dimanche et bien entendu le fromage et le chocolat sont aussi des plaisirs de la vie qu’il est bon d’avoir !!